01 octobre 2008

Quiche aux betteraves



J'avais rapporté 5 betteraves du marché, 3 orange (jaunes à l'intérieur, superbes) et 2 rouges, et je me demandais bien quoi faire avec quand, en feuilletant un de mes vieux livres de cuisine, Quiche & Pâté de Peter Kump (aujourd'hui épuisé) à la recherche d'une autre recette, je suis tombée en arrêt devant une quiche aux betteraves. Mais, dans la recette de Peter Kemp, qui s'est inspiré d'un livre de cuisine italien du XVIIIe siècle, les betteraves sont rôties au four, râpées, sautées dans du beurre puis mélangées à de la crème fraîche et à du parmesan râpé avant d'être versées dans le fond de tarte. Or mes betteraves étaient bien trop jolies pour que je les râpe !



Après les avoir fait rôtir au four (à 350 F/177 F) pendant près de 2 heures, je les ai donc tout simplement coupées en tranches fines et rangées dans le fond de tarte en cercles concentriques.


Je n'ai pas utilisé de crème fraîche (je n'en avais plus) mais du lait écrémé. J'ai râpé ce qui nous restait de Pecorino, ainsi qu'un bout de fromage de brebis de Beaver Brook Farm et j'ai ajouté de la noix muscade.



Ingrédients (pour 6 personnes):
pâte brisée (voir ici pour la recette que j'ai utilisée. Attention, elle ne vaut que pour les farines américaines. Si vous utilisez d'autres farines, mieux vaut vous reporter à votre recette de pâte brisée habituelle)
450 g de betteraves (si possible de variétés différentes), préalablement lavées, rôties au four, puis pelées et coupées en rondelles fines
235 dl de lait écrémé
3 oeufs
100 g de fromage râpé
fromage de yaourt de chèvre (facultatif)

Méthode:
  1. Allumer le four à 375 F/190 C
  2. Garnir de pâte brisée un moule de 30 cm de diamètre, le tapisser de papier alu ou sulfurisé, l'emplir de petits cailloux (prélablement lavés) ou de haricots secs et le faire cuire une demi-heure. Enlever les cailloux et le papier, ramener la température du four à 350 F/177 C et laisser dorer encore 5 minutes
  3. Verser le lait dans un bol, y ajouter les oeufs et un tiers du fromage, y ajouter 2 cs de fromage de yaourt de chèvre (facultatif), bien mélanger, saler (légèrement), poivrer et râper dedans un peu de noix muscade
  4. Garnir le fond de tarte avec les betteraves
  5. Verser l'appareil dans le fond de tarte
  6. Faire cuire 30 à 35 minutes (jusqu'à ce que le mélange lait-oeufs ait bien pris)
  7. Déguster chaud ou tiède.
La quiche était exquise mais j'aurais aimé qu'elle soit aussi jolie à sa sortie du four qu'avant que je n'ajoute le mélange oeufs-lait-fromage. Si vous avez une idée sur la façon dont on pourrait obtenir ce résultat, merci de m'en faire part !
Nous l'avons dégustée accompagnée d'épinards à la turque et de fromage de yourt de chèvre battu avec un peu de sel et d'ail écrasé.

4 commentaires:

  1. Superbe la couleur de cette tarte, chez nous je ne pense pas que l'on trouve les betteraves jaunes ! Je prends une incisette pour faire les grignes mais j'ai toujours peur de les faire en profondeur. Bises !

    RépondreSupprimer
  2. Cette tarte est superbe, mais je n'ai jamais vu non plus de betteraves oranges par chez moi. Dommage!
    La recette de la pâte brisée me semble en tout point identique à la recette française de base. Tu es sûre que cela ne marche pas avec des farines françaises?
    Tu as déjà essayé la pâte Laurence Salomon, farine bise, petits flocons d'avoine, huile d'olive, sel et un peu d'eau? Elle est fabuleuse.

    RépondreSupprimer
  3. Coucou, Flo! Non, je n'ai pas essayé la recette de Laurence Salomon mais je le ferai dès mon retour tant sa composition me plaît. Et puis on mangerait beaucoup plus souvent des tartes si leur pâte ne contenait pas de beurre...
    Quant à ma recette de pâte brisée, je ne sais pas si elle est en tous points identique aux recettes françaises ou si ce sont seulement les ingrédients qui sont les mêmes. Je me souviens que, quand je suis arrivée aux EU il a bientôt 30 ans, j'ai été consternée par le résultat qu'a donné ma recette française avec de la farine américaine. De manière générale, farines fr et farines US ne réagissent vraiment pas de la même manière. C'est pourquoi je préfère recommander la prudence...
    Coucou à toi aussi, Guylaine! J'ai fait quelques recherches et lu que la betterave jaune (dite "dorée") avait été détrônée au XVIIe siècle par sa cousine rouge et qu'elle n'était plus cultivée que par des jardiniers passionnés de variétés anciennes ou par certains maraîchers bio. Elle doit en effet être très rare en France à en juger par les réactions à la recette affichée par Fred du blog Frais! (http://fredkitchen.canalblog.com/archives/2005/10/17/902571.html). C'est bien dommage car je lui trouve un goût très fin. Je ne sais pas d'ailleurs si la variété que j'ai goûtée est la même que celle utilisée par Fred car la sienne a l'air beaucoup moins orangée. Dans l'intérêt de la biodiversité et du retour aux bons vieux légumes du terroir, j'aime l'idée que l'on ressuscite des variétés d'autrefois. Aux EU et en particulier en Californie, mais pas seulement, les agriculteurs bio font un très gros effort en ce sens et c'est réconfortant.

    RépondreSupprimer
  4. Superbe et certainement délectable. Idée géniale.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.